Votre première visite gratuite en Minifiv
icon phone

0 800 943 804

FR
Conseils et recommandations 21 May 2019 | By Minifiv

Doutes communs sur le don d’ovules et de spermatozoïdes

Le don de gamètes est de plus en plus fréquent, car de nombreux femmes et couples ont besoin d’y recourir pour réaliser leur rêver d’avoir un bébé dans leurs bras.

La diminution de la qualité des ovules et des spermatozoïdes due au mode de vie actuel, à l’alimentation et à l'âge avancé où l'on envisage la maternité entraîne des problèmes de fertilité qui peuvent être surmontés par le don.

Toutefois, le fait qu’il soit de plus en plus fréquent ne facilite pas l’acceptation de la nécessité de ce type de traitement, car les craintes et les doutes à cet égard sont nombreux. Aujourd’hui, nous abordons les questions les plus courantes concernant le don d’ovules et de sperme.

Peut-on choisir et connaître le donneur?

Conformément à la loi 14/2006 régissant la procréation assistée en Espagne, le don d’ovules et de spermatozoïdes doit être anonyme dans la double direction. Cela signifie que ni les donneurs ni les receveurs ne sauront d’où provient le gamète qui a été utilisé pour leur traitement de fertilité.

Ainsi, une femme ou un couple qui a recours au don ne peut ni connaître ni choisir son donneur, qu’il s’agisse d’ovules, de spermatozoïdes ou des deux gamètes.

Ce qui est permis par la loi, c’est que les spécialistes puisent donner certaines informations sur le donneur à ses destinataires. La couleur des yeux, la couleur des cheveux, la couleur de la peau, la taille, le poids, le groupe sanguin et l’âge sont quelques-unes des qualités qui peuvent être dévoilées.

En effet, dans le cas du don d'ovules, la réceptrice doit connaître l’âge du donneur pour pouvoir informer le spécialiste qui réalise l’étude du triple screening qui mesure le risque d’anomalie du fœtus.

Quelles études fait-on aux donneurs pour confirmer qu’ils sont en bonne santé?

Il est essentiel d’analyser les donneurs de manière approfondie si l’on veut que les ovules et les spermatozoïdes donnés puissent être traités de manière sûre.

Outre un entretien personnel pour connaître leurs antécédents, leur mode de vie et des informations générales, les donneurs passent par une série de tests médicaux, génétiques et psychologiques spécifiques qui permettent d’étudier leur santé générale.

Combien de bébés peut-il y avoir d’un même donneur?

La législation espagnole limite à six le nombre de nouveau-nés vivants d’un même donneur. C’est pourquoi le Registre national des donneurs a été récemment mis en place afin d’assurer un contrôle plus rigoureux des naissances et de réduire les conséquences potentielles de la consanguinité à l’avenir.

Est-ce que le bébé me ressemblera même si on utilise des gamètes d'une autre personne?

Les responsables du choix du donneur ou de la donneuse pour chaque patient sont tenus de choisir le candidat/le le plus compatible. La recherche se fait principalement sur la base du groupe sanguin et des qualités phénotypiques pour essayer de rendre la future descendance aussi proche que possible de ses parents.

Par ailleurs, nous ne devons pas oublier l’épigénétique, qui est la science qui étudie les modifications dans l’expression des gènes, et non par le code génétique lui-même (provenant du donneur) mais pour d’autres facteurs non héréditaires comme l’environnement où les gènes sont exprimés (utérus de la future maman).

Dois-je dire à mon bébé que j’ai eu recours au don?

C’est quelque chose de très personnel que chaque patient doit méditer. Chacun a le droit de connaître son origine et la recommandation générale est donc de ne pas le cacher. Mais comme nous l’avons dit, c’est à chacun de décider.

Minifiv a une psychologue spécialisée dans la fertilité et la procréation pour aider tous nos patients dans cette voie et résoudre tous les doutes sur les traitements, surtout dans les cas de don de gamètes qui sont généralement plus compliqués sur le plan émotionnel.